« La cuisine, ça m’éclate », Kevin Seprez, Terminale Bac Pro option Cuisine au lycée de Poligny (Jura).

Nous avons rencontré Kevin à la Chassagnette, lors de notre dernier entretien avec Armand Arnal. Kevin est actuellement en classe de Terminale Bac Pro option Cuisine au lycée Hyacinthe Friant de Poligny, dans le Jura (39).

Passionné, mûr et sûr de son choix, il nous parle de sa vison du métier et de ses attentes pour les stages en entreprise :

«J’ai toujours adoré ça, cuisiner. Dès l’âge de 5 ans, j’ai commencé à préparer les repas avec ma maman. Aujourd’hui, quand il y a du monde à la maison, c’est moi qui fait la cuisine.

Ça veut dire quoi, aimer la cuisine, pour moi ?

D’abord, aimer les produits. Chez mes parents, j’ai toujours jardiné mon propre potager. Je plante tous mes légumes, de la tomate à la carotte. Ici, à La Chassagnette, ça fait plaisir de voir un cuisinier qui travaille avec un jardin. Quand je sème ou que je plante un légume, je l’imagine toujours prêt à être mangé.

Ensuite, la cuisine, c’est assembler plusieurs produits et les transformer sans forcément chercher quelque chose de trop compliqué. Faire à manger, c’est satisfaire les clients au restaurant ou ma famille chez moi. D’ailleurs à la maison, c’est encore mieux puisque nous partageons le repas … et c’est aussi ça, la cuisine ! Le plaisir, le partage, c’est vraiment ce qui me motive dans mon parcours professionnel. Chaque stage est une occasion d’acquérir de l’expérience, d’emmagasiner le plus de recettes, de gestes, d’accords et de techniques possibles.

Chaque restaurant est différent. Chercher à comprendre sa spécificité me permettra de choisir celui qui me correspondra le mieux. A l’école, nous n’avons malheureusement qu’une journée professionnelle par semaine. Alors que je pense que les enseignements généraux ne nous sont pas forcément utiles. En maths, par exemple, en ce moment nous faisons les fonctions linéaires et les fonctions affines. Est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Avec toute ma classe, nous ressentons cela. Et quand nous posons la question de l’utilité de ces fonctions pour notre métier de cuisinier, notre prof ne nous dit rien.

Après l’école, pendant au moins dix ans de ma vie, j’aimerais travailler dans plusieurs restaurants gastronomiques pour parfaire mon expérience et me faire un bagage culinaire vraiment costaud. Ensuite, mon rêve ultime, c’est d’ouvrir mon restaurant dans le Jura. Je tiens beaucoup au Jura. Jean Paul Jenet, c’est un peu mon modèle, comme Pierre Bassomoreau au Château de Germigney, des chefs jurassiens.

Conclusion : la cuisine, ça m’éclate. Si ça ne me comblait pas, j’aurai arrêté. Cuisinier, c’est mon métier pour la vie. »

.

.

Publicités

Une réflexion au sujet de « « La cuisine, ça m’éclate », Kevin Seprez, Terminale Bac Pro option Cuisine au lycée de Poligny (Jura). »

  1. de.zi.de.ra.ta du futur cuisinier…
    Va tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souviens-toi que de la tranquillité qui peut exister dans la discrétion.
    Sans aliénation, vis autant que possible en bons termes avec toutes personnes.
    Dis doucement et clairement ta vérité et écoute les autres, même les simples « cuistots » et les sceptiques, ils ont eux aussi leur histoire.
    Ne te compare à personne, tu risquerais de devenir vain ou vaniteux.
    Il y a toujours plus grand et plus petit que toi.
    Jouis de tes propositions aussi bien que de tes accomplissements…/..
    Sois toujours intéressé à ta carrière, aussi modeste soit-elle, c’est une véritable possession dans les prospérités inconstantes du temps.
    Prends avec bienveillance le conseil des années, en renonçant avec grâce à ta jeunesse.
    Fortifie ta puissance d’esprit pour te protéger en cas de désaccord insistant.
    Mais ne te contrarie pas avec des billevesées.
    De si nombreuses souleurs naissent de la fatigue et de la solitude.
    Au-delà d’une discipline raisonnable, sois patient avec toi-même.
    Sois positif et attentif aux autres.
    Tâche d’être heureux et cuisinier…

    Inspiré de Max Ehrmann – 1927

    Ultimo ou petits derniers pour la route…
    Quelques conseils pour la réalisation d’un schéma d’obtention de ce que l’on cherche à acquérir : porter son regard sur l’inachèvement, en interrogeant les situations de blocage et de dysfonctionnements facteurs d’inaboutissement…

    Dr. Robert Bourgarel
    Neurologiste, Directeur de recherche
    Laboratoire Individu Cerveau Intestin
    D&H – Disquisition & Hypothèses
    Les neurones discrets…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s