« Je pense sincèrement que c’est une chance d’avoir un Bac et de faire après un CAP» Paul-Emile Merlin, CAP Post-Bac à Sète (34).

Paul-Emile a 20 ans. Il a fait un Bac S à St Etienne. Après s’être inscrit dans un IUT de chimie à Marseille, au bout de quelques mois, il s’est rendu compte que pour lui, il y avait trop de théorie et pas assez de pratique dans cette voie. Il est revenu à ce qu’il avait voulu faire à la sortie du collège : de la cuisine. Il nous raconte son parcours et ses attentes.

IMG_1360

« Quand j’ai décidé de changer de voie, j’ai commencé par chercher un endroit pour préparer un BTS cuisine en alternance. J’ai été pris dans une école privée à Marseille, où je réside, mais j’ai cherché un patron sans en trouver. J’ai pourtant envoyé des CV, des lettres de motivation, mais personne ne m’a répondu favorablement. Peut-être parce que je ne savais pas m’y prendre, ou que l’on ne m’avait pas expliqué comment m’y prendre.

Il fallait donc que je trouve une autre solution pour faire de la cuisine. En vacances chez mes parents à Saint-Etienne, j’ai fait le tour des restaurants, toujours pour chercher un patron et une entreprise pour une éventuelle alternance. La majorité des chefs m’a dit ce serait mieux de commencer par un CAP et que le choix du maître d’apprentissage était déterminant pour bien apprendre. Tous m’ont fait comprendre que la porte d’entrée dans le métier de cuisinier, c’était le lieu d’apprentissage.

C’est là que ma mère a découvert la Coquerie à Sète, dans un papier de Télérama. Il y était beaucoup question de la fraîcheur des produits, c’est ce qui m’a immédiatement attiré. J’ai envoyé un CV et une lettre de motivation. Quelques jours plus tard, j’ai téléphoné pour savoir s’ils avaient bien reçu ma demande. À partir de là, nous avons eu plusieurs échanges téléphoniques. Je me suis rapproché du CFA de Sète. J’ai fait un essai de 10 jours à la Coquerie et Anne m’a dit : «C’est bon, on y va». C’était en septembre dernier.

Je pense sincèrement que c’est une chance d’avoir un bac pour faire après un CAP. Les études générales vous entraînent à une certaine logique et augmentent votre capacité à apprendre. Mon contrat va jusqu’au 10 octobre prochain. Je vais finir mon CAP post bac en un an, et ensuite certainement embrayer sur un BTS, toujours en alternance et pourquoi pas après, une Licence Pro.

Quand j’ai décidé de changer d’orientation, je crois que mes parents ont été un peu perturbés. Mais ensuite, ils m’ont toujours soutenu. Depuis, ma mère a toujours été derrière moi, parce qu’elle voulait que je réussisse dans ce que j’avais choisi de faire.»

.

A lire en complément :
– Notre série de reportages consacrée à La Coquerie d’Anne Majourel
– La lettre de motivation de Paul-Emile pour postuler à la Coquerie [PDF] 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s